skip to Main Content
Optimisez Votre Réseau Pour Une Installation VoIP

Optimisez votre réseau pour une installation VoIP

L’utilisation de votre réseau de données pour acheminer le trafic vocal présente toutes sortes d’avantages pour votre entreprise, en particulier en ce qui concerne la réduction des coûts, de l’espace et de l’énergie. Mais préparer votre réseau à gérer ce type de données nécessite de la planification.

  1. Déterminez comment vous effectuerez vos appels

Avant d’adresser les détails de la mise en réseau, vous devrez d’abord déterminer les appareils sur lesquels vous effectuerez des appels VoIP. Vous pouvez acheter des téléphones IP dédiés ou faire des appels directement depuis un ordinateur ou un téléphone intelligent sans même toucher à un appareil téléphonique. Déterminez ceci immédiatement avant les décisions réseau.

  1. Utilisez du câblage

Ceci est évident, par contre, maintenant que vous passez au VoIP, vous aurez besoin de suffisamment de câbles réseaux afin de connecter vos appareils au réseau.

  1. Choisissez une source d’alimentation

La façon la plus simple d’alimenter vos téléphones IP est d’utiliser des commutateurs Power over Ethernet (PoE). PoE permet aux appareils qui ne sont pas branchés sur des sources d’alimentation locales de tirer du courant de l’emplacement central. Si votre commutateur de données ne permet pas le PoE, vous pouvez utiliser des injecteurs PoE, source d’alimentation supplémentaire pouvant être utilisée avec des commutateurs non PoE.

  1. Gérez le trafic Internet avec un VLAN dédié

La construction de votre réseau à l’aide d’un réseau local virtuel (VLAN) dédié vous permet de mieux gérer le trafic réseau afin d’assurer la protection des appels vocaux lorsque quelqu’un commence à télécharger un fichier volumineux sur son ordinateur.

  1. Gérer le trafic sans fil avec transfert du point d’accès

Les réseaux Wi-Fi ont historiquement été utilisés pour les ordinateurs portables et les tablettes, et non pour la voix. En raison de cette différence, il est important d’analyser votre réseau afin de déterminer le nombre d’appels simultanés que votre connexion sans fil peut gérer. Il est également important d’utiliser un contrôleur local ou basé dans le nuagique afin de contrôler manuellement les points d’accès, si nécessaire.

  1. Testez vos pares-feux

Les spécifications du fabricant ne sont pas une référence suffisante dans la détermination de la quantité de voix / données et même de vidéo que le pare-feu peut traiter. Si personne dans votre organisation peut vous aider à déterminer la différence entre le trafic multimédia et le trafic de données, contactez un professionnel. Les pares-feux définis par logiciel sont conçus pour filtrer le trafic de données et les paquets internes plutôt que simplement le trafic de données.

  1. Revérifiez votre routeur

Déterminez si votre routeur offre une capacité de paquets par seconde (PPS). Cette fonctionnalité permet de ‘’shaper’’ et et de suivre le trafic, ce qui vous permet de hiérarchiser la voix et les données sur votre réseau. En règle générale, nous supposons qu’une personne sur cinq participera à un appel vocal de 1 mégabits par seconde [Mbps] et qu’une personne sur 7 participera à une conférence [vidéo] à 100 mégabits par seconde. Multipliez le nombre d’utilisateurs vocaux de votre entreprise qui seront sur un appel vocal et un appel vidéo à un moment donné, puis multipliez ce nombre par un minimum de cinq. Ceci résulte en le nombre de Mbps de trafic que votre routeur devrait pouvoir gérer sans aucun problème.

  1. Évaluez votre réseau pour les VLAN et la qualité de service

Une fois que le trafic vocal commence à circuler sur votre réseau de données, vous vous rendrez rapidement compte que ce trafic est vraiment important. Peu de choses gâchent un appel de vente prometteur, plus rapidement, que l’appel interrompu du client ou la transformation de votre argumentaire en une série de bruits incompréhensibles. Par conséquent, vous souhaitez protéger votre trafic vocal sur votre trafic de données car ce dernier peut gérer la latence, le ”jitter” et autres problèmes de trafic réseau beaucoup mieux qu’un appel téléphonique. La meilleure façon de protéger tout trafic consiste à utiliser des réseaux locaux virtuels (VLAN) et des fonctions de qualité de service (QoS). Asseyez-vous avec votre personnel informatique et votre fournisseur VoIP, testez ces fonctionnalités sur votre infrastructure réseau existante, puis apportez les modifications nécessaires avant de déployer votre solution VoIP.

  1. Évaluez les VPN afin de sécuriser vos appels téléphoniques

Le VoIP existe depuis un certain temps et, comme pour de nombreuses technologies, la sécurité n’était pas une priorité lorsqu’elle a été inventée. L’un des principaux problèmes de sécurité du VoIP est le protocole SIP (Session Initiated Protocol) sous-jacent. Bien qu’il existe quelques façons de sécuriser SIP, l’une des meilleures consiste à chiffrer simplement les communications en les exécutant via un réseau privé virtuel (VPN). Bien que cela soit relativement facile pour un seul appel, cela devient compliqué lorsqu’on considère de nombreux appels téléphoniques dans un environnement professionnel. Évaluez les solutions VPN de fournisseurs qui comprennent les exigences du trafic VoIP et testez ces solutions pour vous assurer que vous n’augmentez pas votre sécurité au détriment de la qualité des appels.